Maison indépendante

LE CORPS RECOMPOSÉ.

 

 

 

  | Richard La Faisanderie |

 

 

 

 

L’amour exsude de nos corps

Par les zones où la peau est la plus fine.

Allongés comme des cadavres

Qui se vident de leur humanité

Nous retrouvons l’état cellulaire

Sans vraiment nous révolter.

Tout à l’heure encore

Mes doigts couraient sur ta peau

Cherchant le confort de ta fente

Douce et huileuse

Et les voici maintenant

Qui enfoncent les touches de mon Sony Vaio

Le i

Le o

Retour chariot.

Par une transmutation inexplicable

Je suis capable d’habiter mes doigts

Je veux dire, de m’incarner totalement en eux

Y déplacer mon cervelet, mon rachi et tout mon attirail à sensations

Faire de mes ongles le siège miniaturisé de mes émotions.

Je ne suis pas sans ignorer

Que quelqu’un habite ma vie

Quelqu’un que je ne connais pas

Et que j’observe depuis l’appartement d’en-face

En mangeant des végétaux sans broncher.

Hier, il a traité ma mère

Qui demandait de mes nouvelles

De catin et de toxicomane

Au téléphone.

Ma mère a pleuré.

Ma mère en a pleuré.

L’inconnu est là   / Devant mes yeux / Je le vois mettre mon ordinateur sous tension / Et lancer une recherche / Dans les sédiments du dark web //////////////////////////////////// Quelques clics / Et des chaires commencent à s’animer sur l’écran / De la pornographie amateur / Où une asiatique au corps juvénile / Se fait pénétrer durement / Par des hommes cagoulés / Qui se tapent dans les mains / Qui divaguent / Qui parlementent / Qui baisent durement une asiatique au corps juvénile ///////////////////////////////////////////

Puis l’inconnu se transporte dans la cuisine / Pour nourrir le substrat / Où il puise son énergie vitale /////////// Il avale un sandwich jambon mayo / Debout devant la reproduction / D’une œuvre de Gilles Barbier / Que j’ai accrochée dans mon bureau / Face à la fenêtre / Et qui n’a pas l’air de lui plaire…/////////////////////////////////////////////////////////////////

A l’écran / Les hommes cagoulés ont cessé de rire / Ils se lancent des combinaisons de doigts / Incompréhensibles pour les non-initiés / Mais qui sont comme des ordres / Enoncés en allemand /////// Un des hommes cagoulés sort du champ / Et réapparait au bout de quelques secondes / Avec une arme à la main / Qu’il lève sur la jeune asiatique //////////////// Il tire une seule fois / Sans afficher une quelconque émotion / Puis allume une feuille de papier d’Arménie / Et un bâton d’encens / Cependant que la jeune asiatique / Est retombée sur le dos / Le regard figé sur l’objectif / Qui lui a sauté au visage / Comme un animal fou de haine ///////// « Baisons-la encore avant qu’elle refroidisse » / Lance l’un des hommes cagoulés / En se tournant vers les autres ///////////////// Mais les autres ne répondent pas / Ils forment un cercle imparfait / Qui se referme comme une pince / Et lui retirent sa cagoule / Avec la solennité / D’une décision de justice ///////////// Les coups pleuvent comme une grêle / Sur la face du condamné / Ses cheveux s’envolent par poignées / Ses oreilles sont arrachées / Ses lèvres découpées / Son sexe pilonné / Réduit en bouillie / Et on aperçoit l’étincelle d’un hachoir / Qui sort de l’ombre / Dans une main qui se tend / Entre les corps mêlés ///////////////////////////////////////////L’écran se fige sur l’image / De cette jeune asiatique / Avec un point rouge au milieu du front / Et la bouche entre-ouverte / Et les yeux grands ouverts / Et une auréole de sang qui imbibe le drap blanc / Sous sa tête ///////

 

L’inconnu

Revenu à l’état flaccide

Ferme mon navigateur web

Puis fouille mon bureau

Empoche mes cartes de visite

Et les stylos de luxe dont je ne me sers jamais.

Il parcourt mon dossier Allocations familiales

Mon dossier Banque Populaire

Mon dossier Litiges administratifs

Et mon dossier EDF.

Il prend quelques notes

Sur le carnet qui me sert pour les commissions

Avec le stylo que mes grands parents

M’ont offert pour mes 20 ans.

Ensuite il plonge mon appartement dans le noir

Et va se coucher

En pétant dans mon pyjama.

Mon poisson rouge n’a pas été nourri

Je le vois tourner en rond

La bouche grande ouverte

Entre les éléments en plastique

Dont j’ai agrémenté son bocal.

 

Dans une ambiance de clinique vétérinaire

J’ai cessé de me remplir les yeux d’ordure

Je me suis relevé

Et j’ai collé une oreille contre mon téléphone.

Ma mère

De son côté

Avait raccroché depuis longtemps.

 

 

 

 

 

 

 crédits image : bnf.gallica.fr