Maison indépendante

DANTE, ENFER (CHANT XVIII).

 

 

 G. Doré (gallica.bnf.fr)

 

 

 

  | Antoine Bréa |

 

 

 

 

Huitième cercle : Malesbouges. – Première bouge, où des souteneurs et des filouteurs de chéries marchent sous le knout. – Un Bolonais est reconnu : Venedico « Caccianemico» dell’Orso. Deuxième bouge, où des lécheurs sont étouffés dans un bain d’excréments. – Un Lucquois cette fois est identifié : Alessio Interminei.

 

 

Il est en enfer un lieu dit Malesbouges,

tout en cailloux de ferreuse coloration,

comme la falaise qui autour bouge

pas. Au droit milieu de toute la configuration

maudite, s’évide un puits bien large et profond,

dont en son temps je dirai l’organisation.

Les proportions qui restent du périmètre font

donc un rond entre le puits et le pied de l’haute dure

falaise, et en dix tranchées [1] est loti le fond.

De même que pour garder ses murs,

plein et plein de douves amputent

l’entour d’un château, creusant par terre des figures :

ici les dix tranchées rendent le même art brut.

Et comme à l’entrée de ces forts, depuis chaque herse

va une passerelle jusqu’en face la butte :

ainsi, du pied de la falaise, sautent des ponts de roche qui traversent

les fosses et les crêtes jusqu’au puits qui les coupe

et où ils versent.

C’est en ce lieu, secoués de la croupe

à Géryon, qu’on atterit ; où mon barde

Virgile prit à gauche, et moi derrière je chaloupe.

A ma pogne droite, ça barde

pour des autres torturés, par d’autres les torturant,

dont la première bouge est remplie, à ce que je regarde.

Au fond clopinaient à poil les coupables y figurant :

les premiers nous venaient de face ;

les autres filaient dans notre sens, d’un train plus endurant [2].

Les Romains avaient trouvé aussi cette méthode, devant la masse

accourue sur leur pont [3], l’année du jubilé [4],

de faire que les gens passassent

sur un bord tous ventilés

vers le château [5] et s’en allassent à Saint-Pierre,

et de l’autre côté partissent au mont [6] défiler.

De ci, de là, debout sur la pierre

noire, j’avise des démons cornus équipés de grands schlagues

taper les tout nus crûment par derrière.

Aïeouilleouille ! faut voir comme ça leur fait lever les santiagues !

Une seule châtaigne ! y en a pas

zéro qu’attend de deuxième vague !

Pendant que je me trimbalais, mes yeux mettent le compas

sur un, et aussitôt je m’épate :

« Sûr qu’à mes calots celui-là a déjà servi de repas.»

Lors, pour l’étudier, je me fige les pattes,

et mon bon guide s’endigue de même,

d’accord pour que je revais un poil en arrière voir ça qui m’appâte.

Le cravaché suppose du coup cacher sa bobine blème

en la baissant ; mais ça porte

pas d’effet, car je fais : « Hé toi qu’aimes

mieux jeter les quinquets au tapis ! si les façons que tu te comportes

disent pas faux, tu es Venedico Caccianemico [7].

Mais quoi t’a mis en moutarde aussi forte ? »

Et lui à moi : « C’est un fiasco

de le raconter ; mais ça m’y oblige ton clair argot

qui me fait souvenir des endroits plus amicaux.

Je fus çui-là qu’a poussé les gigots

de la belle Ghisola dans les pognes

au marquis [8], comme en sonne salement le ragot.

Je suis pas seul ici de Bologne

qui chiale : la place en a tellement plein son tonneau,

que y a moins de langues qui grognent

sipa [9] entre Savena et Reno [10].

Si t’en veux la preuve ou un témoignage,

rappelle-toi comme est avare et porno

notre cœur. » Comme il discutait, un démon lui médusa le visage

de son knout, disant : « Avance, hareng !

ici n’y a point de femelles à gages. »

J’allai rejoindre mon garant ;

et en peu de pas nous arrivâmes

là où un roc protubérant

sortait de la falaise. Tout léger nous le grimpâmes ;

et portés à droite en suivant son arête, nous enfilâmes la venelle

loin des rondes sans fin de ces âmes.

Quand on fut là où s’évide un tunnel

sous le roc ouvrant un passage aux persécutés,

mon guide dit : « Stoppe, et laisse-toi imprégner les prunelles

par ces autres butés

dont t’as pas miré encore la devanture

à cause qu’ils ont crapahuté

jusqu’alors dans notre sens. » Du pont néolithique on mate les créatures

crevées qu’arrivent à nous maintenant par la bande opposée,

et dont la trique corrige pareillement la musculature.

Le bon maître, sans que j’aye à lui poser,

me dit : « Etudie ce grand-là qui vient,

et pour ses douleurs verse qu’un peu de rosée :

quelle royauté toujours dans le maintien !

C’est Jason, qui haut les cœurs et prudemment

a spolié leur mouton aux Colchidiens.

Sa barque passait un jour innocemment

par l’île de Lemnos où des hardies chéries sans piété

avaient refroidi leurs jules en entier précédemment.

Là par mille finesses et satiété

de jolies parlottes, il embobine une jeune laine

du nom d’Hypsipyle (qu’avait berné toute sa société

de filles [11]) ;puis il l’y laisse, seulette, et pleine.

Telle faute à un aussi fort martyre le réprime,

et pour Médée aussi il paye la porcelaine [12].

Avec lui défilent ceux qui s’escriment

à pareilles filouteries. Mais t’en sais assez de ce premier

sillon et des ceusses qu’en ses crocs il déprime. »

Déjà on était où l’étroit sentier

vient au second rebord qu’il croise,

s’y épaulant pour faire un autre pont sous les pieds.

D’en haut on ausculte des morts qui dégoisent

dans la suivante bouge, soupirant fortiche du museau,

et se bleuissant soi-même à grandes baffes la framboise.

Les parois moisies de ce nouveau zoo

étaient grumelées des relents montés d’en bas qui s’y emplâtraient,

gazant dur louchants et naseaux.

Le fond est tellement noir que ça nous châtrait

toute vue d’où qu’on se place, à moins de gravir tout en haut

du roc, où culminait le pont. Nous eûmes très

vite fait de se coller là ; et dessous, dans l’abîme,

j’ai vu des pierrots qui s’étouffaient dans du colombin

qu’on aurait juré refoulé d’humaines cabines intimes.

Tandis qu’avec mon viseur je scrutais ce bain,

j’en trouve un au casque tellement enlourdé d’excréments

qu’on voit même plus s’il fut curé ou rabin.

Lui m’écria : « Pourquoi t’es si gourmand

de gafer ma fraise plutôt qu’aux autres embarbouillés ? »

Et moi à lui : « A cause que si je m’en

souviens bien, je t’ai déjà vu le cresson moins mouillé :

tu es Alessio Interminei, de Lucques [13] ;

normal si je t’ai dans l’œil mieux que les autres zigouillés. »

Et lui alors, se martelant la perruque :

« Ici-bas m’ont noyé les adulations

dont ma langue fut jamais dégoûtée des sucs. »

Après cela mon guide : « Fais faire une giration

à ton périscope un peu plus au bout »,

dit-il, « pour que ta voyance atteint bien la carnation

de cette sale garce ébouriffée dans la boue,

qui se gratte et griffe à ongles merdeux,

tantôt à genoux, tantôt debout.

C’est Thaïs [14] la couche-toi-là de

qui on sait que, quand un amoureux l’implorait : « Trouvé-je grâce, ma vie,

à tes cils ? » elle répondait : « Plutôt trois fois, ma merveille, que deux ! »

Et qu’avec ça nos impressions soyent assouvies. »

 

 


 

 

 

[1] … dix tranchées : Ce sont les dix « bouges » (mot d’ancien français féminin signifiant d’abord « bourse, valise, sac ») du lieudit Malesbouges, lequel compose le huitième cercle enfermant la race des matous et des frauduleurs. Les  bouges sont des fosses circulaires, concentriques, qui se succèdent jusqu’au puits central (le neuvième cercle) ; elles sont séparées par des crêtes rocheuses et enjambées toutes (hormis la sixième) par de grossiers ponts de roche où l’on peut marcher.

[2] les premiers nous venaient de face ; / les autres filaient dans notre sens, d’un train plus endurant : Largués au pied de la falaise, Dante et Virgile ont la première bouge juste à leur droite. Ils longent un peu le bord et voient deux files au fond de la tranchée, deux flots de damnés qui se croisent sans se rencontrer : les souteneurs qui offraient les grâces de leurs belles à d’autres ; et les filouteurs de chéries qui se les réservaient.

[3]… leur pont : Le pont Saint-Ange, qui enjambe le Tibre.

[4]… l’année de jubilé :En 1300.On croit que Dante fut mandé auprès du pape à Rome avec une ambassade de Florentins cette année-là, précisément celle où se passe son Enfer.

[5] … le château : Le château Saint-Ange, sur la rive droite du Tibre.

[6] … mont : Le « mont » Giordano (en fait une minuscule colline de rien du tout, mais les Italiens sont lyriques. Au microscope, si on agrandit bien, on distingue un petit peu la chose sur la rive gauche du Tibre, en face du château Saint-Ange).

[7] Venedico Caccianemico : Venedico « Caccianemico » dell’Orso (Bologne, 1228 – 1302). Guelfe bolonais très actif dans sa cité où il occupa de hautes fonctions, défit la faction gibeline, en fit bannir les chefs, avant d’être défait et banni lui-même, puis d’y revenir et d’y mourir vers la fin de l’an 1302. Le piquant de sa présence ici vient de ce que l’action se déroule en 1300, et que Dante, qui visiblement l’a connu, croit à tort qu’il est mort.

[8] qu’a poussé les gigots / de la belle Ghisola dans les pognes / au marquis: Venedico dell’Orso, croyant en tirer des bénéfices, conspirait notoirement avec la maison des Este, marquis de Ferrare, qui lorgnaient sur Bologne. Dante se fait l’écho d’une rumeur qui devait être fort répandue à l’époque, quand bien même on n’en trouve pas trace dans les fonds d’archives : Venedico aurait été jusqu’à prostituer sa propre sœur Ghisola à l’affreux Obizzo II d’Este (croisé plus tôt au douzième chant).

[9] sipa : « Oui », en dialecte romagnol.

[10] … Savena et Reno : Deux fleuves entre lesquels se trouve Bologne.

[11] il embobine une jeune laine / du nom d’Hypsipyle (qu’avait berné toute sa société / de filles) : « Jason prit le commandement du navire, ils mirent à la voile, et, première étape, ils débarquèrent à Lemnos. En ce temps-là, il n’y avait plus l’ombre d’un mâle dans l’île ; et Hypsipyle, fille de Thoas, régnait sur un empire d’amazones esseulées. En voici la raison : Les femmes de Lemnos n’adoraient pas Aphrodite comme il faut ; alors la déesse avait jeté sur elles une senteur de bouc si horrifique, que leurs maris décédaient subitement ou bien sprintaient des records du monde à peine entrebaîllaient-elles le bec, ou soulevaient-elles un brin les bras. La santé menacée par ce Fukushima olfactif, la communauté masculine lemnienne s’était donc rabattue peu à peu sur des esclaves importées de Thrace, auprès desquelles on s’était réfugié dans des cavernes bien aérées à l’autre extrémité de l’île. Très fâchées, les femmes de Lemnos avaient alors entrepris d’occire un à un tous leurs pères et maris. Seule Hypsipyle, la jeune reine, avait escroqué tout son monde en épargnant dans le secret Thoas, son papa. Quand ils débarquèrent dans l’île restée aux mains des filles, les Argonautes cessèrent de respirer et firent vite l’amour avec elles. Hypsipyle coucha elle-même avec Jason, dont elle tomba en cloque. Frisant l’apoplexie, les Argonautes reprirent toutefois sans s’attarder la mer, et Jason abandonna Hypsipyle, dont le prénom ne lui rappela plus dans la suite qu’une expérience odorifère assez salace. » (Pseudo-Apollodore, Bibliothèque I:9, 17).

[12] et pour Médée aussi il paye la porcelaine : Jason filouta de la même façon Médée, la magicienne, qu’il convainquit par des caresses et en lui jurant le mariage de l’aider à s’emparer de la toison d’or. Avant de la laisser tomber.

[13] Alessio Interminei, de Lucques : Il est probable que Dante ait séjourné à Lucques. Alessio degli Antelminelli, ou Interminelli (ou encore Interminei, comme le nomme notre explorateur), était un guelfe blanc appartenant à la famille des seigneurs de Coreglia Antelminelli, par ailleurs propriétaires à Lucques du palaiséponyme, rasé en 1301. Des documents historiques font encore mention de l’intéressé en 1295, date à laquelle il était donc vivant. Mais on n’a pas d’informations quant aux faits marquants de son existence : on ne sait donc rien de la raison pour laquelle il est placé archétypalement, et aussi grossièrement, parmi les lécheurs de l’enfer.

[14]… Thaïs :Personnage mis en scène par le poète comique latin Térence dans L’Eunuque.