Maison indépendante

LYPÉMANIE.

Crédits photo : gallica.bnf.fr

 
 
 
 

 | Richard La Faisanderie |

 
 
 
 

Dans notre autofiction de contrebande
Dont la fin brûle comme une mèche
La porosité entre chimie thérapeutique
Et chimie récréative
Produit ses effets délétères
Sur nos corps de lombrics hameçonnés
Qui se tordent en embrassant le vide.

 

Les substances actives roulent dans nos artères
Comme des Ferrari sur l’autoroute du soleil
Et nous régalent de multiples fantaisies :
/ baiser des nuits entières — mais tu vis seul, je crois…
/ veiller jusqu’au matin devant la télévision, ou à scruter les profondeurs du web, et t’endormir à l’aube en croulant sous le poids du désordre de l’humanité interconnectée, sa volonté évidente d’éteindre l’espèce et réduire la planète à l’état de croute grise, insalubre et aride.

 

 Dans ce théâtre glacial
Où rien n’imprime la mémoire
On sent une envie généralisée d’ignorance et d’abandon
Remonter à la surface du réseau
Semblable à l’odeur du camion poubelle
Qui vient de passer dans la rue qui t’a vu naître
Ou à notre incapacité de faire fonctionner
Nos réflexes de survie

 

Nos ombres virtualisées ont quelque chose à exprimer
Elles sont assimilables à des entités respirantes et sexuées
Capables de formuler des opinions sous forme de moyennes.

 

La vérité pleut sur nos crânes saturés d’informations.
La somme des intelligences dessine des artefacts
Qui lézardent l’obscur plafond gazeux
Que par convention nous appellerons : ciel.

 

Les hommes ont deux préoccupations avérées
Jouir et posséder
— je passe à dessein sur le crime
Les simulacres guerriers et la parentalité.

 

L’humanité se fabrique à la chaîne
Comme on élabore du boudin noir
En remplissant des boyaux stériles
De sang grumeleux prélevé sur des animaux.

 

Une odeur de mort émane des aliments
Que nous mastiquons sans y penser,
Rien ne refrénera jamais
Notre ridicule acharnement à vivre
A arracher jusqu’au moindre soubresaut
A la puanteur de la tombe.

 

Le saviez-vous ?
Après avoir lu « Le gai savoir » de Friedrich Nietzsche
J’ai fait tatouer « CONGÉLATEUR » sur la peau de mon crâne rasé.
Atteindrais-je le demi-siècle en agissant ainsi ?
Est-ce souhaitable ?

 

Vous l’ignoriez également
Mais Diane a débarqué de sa province natale
Pour se construire une vie étincelante
Loin du cul des vaches.
Etudiante en Philosophie le jour
Le sexe marchand est son activité seconde
L’arrogance et la bêtise des hommes
Ses facteurs clés de succès.

 

Un exemple de la performance du réseau :
Lui
Lambda
Premier sentiment
La honte
30 ans d’écart
Ça compte
Bah
Elle est majeure…
Non ?
Et merde
C’est pourtant ce qu’elle dit…

 

Lambda n’a pas tiré son coup depuis belle lurette

 

A genou devant l’œuvre de dieu — auquel il se soumet totalement
Il s’accroche à sa beauté élastine
Ses attaches musculaires fondues sous la peau
Ses articulations saillantes
Ses cheveux roux enroulés comme une masse d’air
Et son sexe glabre qui lui arrache une prière
Qui s’offre comme une aire de jeu
A l’enfant mort qu’il porte en lui.

 

Tout, dans le réseau, tend vers la performance.