Maison indépendante

ET QUAND LE VENT SOUFFLE SUR LA RADE.

 

 

 

Philippe Vourch |

 

 

 

Et quand le vent souffle sur la rade

Et que la pluie tombe à l’horizontale

Tu te serres contre moi et m’agrippes fort les doigts

Et quand tes cheveux mouillés se roulent en boucles

Tu te colles à moi et m’entoures

De tes p’tits bras

 

Et moi j’suis fort que dans ces moments là

Et moi j’suis grand rien que pour toi

 

Et quand tous ces gens nous bousculent

Rue de Siam

Tu te rapproches de moi et je sens ta peau comme le miel

Et quand tu cours pour rire et t’arrêtes sans prévenir

Tu m’entraînes avec toi

Et d’un sourire danses

Du haut de tes talons

 

Et moi j’suis bien que quand t’es là

Et moi j’suis beau que quand t’es près de moi

 

Et quand tu me pousses dans un vieil hôtel du port

Et que seuls les ivrognes sont debout

Tu te colles à moi et ton cœur me déshabille

Et quand la nuit pour nous s’allume

Tu glisses à mon oreille mille mots

Et tes lèvres me font frissonner

 

Et moi j’suis amoureux que quand j’te vois

Et moi j’veux pas mourir ailleurs que dans tes yeux ces soirs là