Maison indépendante

DE RIRE DENISE S’EST ARRÊTÉE.

 

 

 | Sébastien Thibault |

 

 

Salut mon chien. Salut la vie.

Cette semaine, « aucun express ne [vous] emmènera vers la félicité »[1]. Bien au contraire. Ce vingt-sixième numéro porte sur les méandres de la flânerie et l’errance du solitaire. C’est que parfois, le cœur est lourd. Et parfois, il se perd. Á force de régler nos humeurs (comme on règle une horloge) sur les « impératifs catégoriques » du bonheur, on en oublierait presque d’exécrer le business de la joie. MAIS QU’EST-CE QU’ON NE FERAIT PAS pour ne rien perdre ?

Et perdre quoi, au plus pur de nos vies ? Pas son temps, OH NON MON DIEU, pas ça. Ni cette jeunesse idiote qui a tué l’enfance. Et Célimène le sait, lui, que « la solitude effraye [même] une âme de vingt ans. »[2] Et qu’il est bon de disparaître quelque part, comme quelque chose, dans le « moi » taiseux. Ou mieux encore : la mélancolie écrivante. Celle de François par exemple, notre pape bien avant l’heure, qui plonge dans les entrailles d’une nuit lyonnaise, au milieu des rats et des ombres. Autant le dire maintenant, vous allez chialer – chialer comme des mioches. Car les souffrances sont belles lorsqu’on les réussit… si on les réussit. Est-ce seulement le cas de Rosaleen Sands, mère de Bobby, ce républicain irlandais qui décida d’aller puiser dans d’autres entrailles, celles de la faim – contre le gouvernement londonien, contre Margaret Thatcher – avant de tomber en martyr, sec comme un crabe, au petit matin ? Sale histoire quand on y pense. Triste question.

EH QUOI ?! Vous êtes prévenus : cette semaine sera émouvante ou ne sera pas. Et ne comptez pas sur Tara ou Elodie pour organiser une contre soirée. Tandis que l’une secoue, avec brio, les mémoires aveugles de l’année 1957 au travers d’un authentique « bulletin de paye », l’autre poétise avec délicatesse et légèreté sur la vie en cicatrices. MAIS VRAIMENT ?!

Allons bon. Tout n’est que catharsis. Et comme le disait feue Mme Thatcher : « si vous voulez vous trancher la gorge, ne venez pas [nous] chercher pour un pansement. »

 

 


[1]  Chanson d’Alain Bashung, reprise ici admirablement par Noir Désir.

[2]  MOLIERE, Le Misanthrope, Acte V, Scène IV.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :