Maison indépendante

DOUBLE JE-U.

 

 

 | Valentine Boivin |

 

 

Miser sur quelqu’un et s’en remettre au destin.

Pour une fois, se laisser prendre par la main et voir où cela ira. Nulle part ? Loin ? Personne n’en sait jamais rien. Néanmoins, décider à deux de lancer la roulette afin de tromper l’ennui, leur ennui dû à cette vie parfaitement rangée qui sonne le vide d’un trop plein. Cette existence aristocratique du vingt et unième siècle, sans soucis, qui consiste à se mettre en scène sur Facebook, à enfreindre les règles afin de se sentir vivant et d’affoler ce satané palpitant, à être de tous les évènements, à s’acharner de prouver à quel point nous sommes différents et surtout, à se mentir pour mieux mentir aux autres… même à L’Autre.  L’amour, n’est-il pourtant pas un jeu de hasard où l’on se trouverait bien démuni, si l’on tentait d’élaborer une quelconque stratégie ? Pas d’ennemi déclaré. Il faut donc progresser de case en case, juste parce que l’on en a envie, en priant pour ne pas tomber dans le puit.

Au début, prudent, tu considères toutes les éventualités. Tu mesures tous les risques. Tu joues petit. Puis, enivré par les sensations que pourraient procurer la victoire, les pertes encourues apparaissent dérisoires. Grisés par les émotions, le coeur comme projeté à grande vitesse autour du cylindre, il n’y a plus de temps pour les hésitations, on expérimente toutes les émotions. Rouge, noir, rouge, rouge, rouge, noir, rouge… noir. Passion, raison, passion, passion, passion, raison, passion… déraison. Tu baisses ta garde. Tapis.

C’est alors que la machine à sentiments s’emballe, et que tu perds la main. Le résultat s’affiche : manipulation, perversion, trahison. Putain. Sans doute était-ce trop bien… Sincèrement. N’y avait-il pas un autre moyen pour se sentir humain, que de prendre L’Autre pour un crétin ?

Pourquoi avoir choisi le double nom ? la double orientation ? la double passion ? Nos jeux sont faits. Rien ne va plus. Pas de gagnant dans cette partie, seul subsiste un sentiment de gâchis.

Le premier bonheur est de gagner… Le second est de perdre, de te perdre.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :